Nouveau projet

Nouveau projet : le séchage de l’origan

 

Pour ce nouveau projet, nous faisons de nouveau appel à votre soutien et à votre participation !

 

L’un des villages de la Communauté de Coalaque n’a pas pu bénéficier de séchoir solaire : il s’agit de Amata. En effet, ce village est beaucoup plus en altitude et il n’y a plus de production de fruits. La principale production de ce village est en revanche l’origan, plante aromatique. Les habitants plantent des champs d’origan en terrasse, récoltent la plante à la serpe et la font sécher au soleil sur des grandes bâches.

DSCN1149 DSCN1161

La culture en terrasse, Récolte de l’origan

Le problème, c’est que le soleil est très fort à cette altitude et les feuilles d’origan noircissent. Il faudrait un séchage plus doux afin d’améliorer la qualité du produit et pouvoir le vendre plus cher. De plus, la région produit vraiment des quantités très importantes d’origan. Il faudrait donc une grosse installation, qui ne consomme pas toute l’électricité du réseau.

C’est pourquoi, dans la continuité du Planet Paprika Proyect, nous souhaiterions proposer aux habitants d’Amata un séchoir solaire alimenté au photovoltaïque de la taille d’un local afin de sécher leur origan avec une meilleure efficacité. Des projets similaires ont déjà été conçus, notamment en Argentine pour le séchage du tabac, dans le même type de région géographique.

camara de secado

Projet de chambre de séchage en Argentine (Diseño, Construcción y Análisis de un Secador Solar Industrial en Huacalera, Argentina, Universidad de Salta)

L’idée est de construire un local à l’intérieur duquel serait disposé l’origan en vrac sur des grilles. Les parois du local auraient une bonne isolation thermique et aussi une bonne inertie thermique afin de pouvoir restituer la nuit la chaleur accumulée par le soleil pour éviter que les plantes ne reprennent de l’humidité. A l’intérieur du local, on ferait circuler un flux d’air via un ventilateur alimenté par photovoltaïque. On disposerait les panneaux photovoltaïques sur le toit du local.

Tout comme le séchoir tunnel, le flux d’air et la transmission de chaleur par les parois du local permettront de déshydrater petit à petit les plantes. L’évacuation de l’humidité se fera cette fois-ci plutôt vers le haut car la plante est relativement peu humide et l’eau évacuée n’alourdit pas suffisamment l’air chaud qui peut alors monter pour s’évacuer. Il faudra prévoir des bouches d’évacuation sur le toit du local.

L’installation photovoltaïque devra contenir d’excellentes batteries pour pouvoir restituer l’électricité même lorsqu’il n’y a pas de soleil. Les opérations de maintenance devront être relativement simples, donc l’électronique de l’inverseur et du contrôleur doit être accessible. Enfin, le système pourra être complémenté d’un réseau de résistances électriques pour délivrer la chaleur nécessaire au séchage en cas de non ensoleillement.

Afin de pouvoir réaliser ce projet, nous avons besoin de volontaires qualifiés dans le domaine de l’énergie solaire et de l’agronomie afin de pouvoir nous aider à dimensionner le système. Nous sommes actuellement en recherche de financements afin de pouvoir organiser un premier voyage sur le terrain pour vraiment comprendre les besoins des producteurs et les possibilités de réalisation.

Si vous souhaitez nous apporter votre aide, surtout n’hésitez pas à nous contacter. Une expérience en tant que bénévole de la sorte, dans un environnement culturel nouveau, avec de nombreuses responsabilités, est on ne peut plus formatrice !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :